vendredi 1 janvier 2016

Les flops de décembre 2015: les ultimes cata que nous avons lues


Le flop de Parlons Littérature:



Synopsis : Cela commença par un tremblement de terre. Dans la confusion, au milieu des cris des victimes, personne ne prêta vraiment attention à ce brouillard jaunâtre qui s’échappait de la terre éventrée et que le vent eut tôt fait d’emporter vers la campagne anglaise. Puis des massacres inexplicables, déments, furent signalés sur le passage de la nappe de brouillard. Elle se mit à croître, progressant inexorablement vers les zones les plus peuplées d’Angleterre…

Genres : Fantastique - Horreur

Mon avis : Un livre qui avait si bien commencé mais qui s'est révélé être d'un ennui !
Dès le départ, l'auteur place l'ambiance bizzaroïde où son histoire prendra naissance. Nous sommes en Angleterre dans un village qui a l'air éloigné de tout ! Un village de campagne, loin de la capitale. Les gens se connaissent tous et s'apprécient... Pourtant dès lors que la catastrophe surgit, Salisbury ne sera plus jamais la même. On suit la population entière mais seuls deux personnages se détachent du récit : John Holman et Christine alias Casey. John est en mission pour le Ministère de l'environnement, il monte dans sa voiture et se dirige vers le village en question pour se restaurer, quand soudain, une vibration se fait ressentir en dessous de lui. Ce tremblement est tellement puissant qu'il absorbe John et quelques habitants qui se trouvaient dans la rue. John réussit bien que mal à s'extirper de sa voiture qui a plongé au fond de la terre, et tente de sortir du trou. Il sauve au passage une petite fille en pleur. Mais avant sa sortie du trou, les deux personnages sont enveloppés par un brouillard jaunâtre nauséabond dont ils ne connaissent pas l'origine.

A la suite de cet évènement, John devient fou, ils sont obligés de l'attacher. Puis il retrouve sa raison...

Et le brouillard qui les avait submergés dans le trou, suit sa route dans le village faisant ainsi d'innombrables victimes.
Respirer l'air jaunâtre est toxique, cela attaque le cerveau et rend dingue les gens.

Nous sommes plongés dans une folie furieuse où violences et meurtres apparaissent.

Le livre aurait pu être génial, si seulement l'auteur ne s'était pas étendu de la sorte ! Il y a trop de descriptions, qui ont un effet redondant. Le lecteur est pris d'un ennui soudain alors que l'action est présente tout au long du récit. On saute des tas de pages, il y a des éléments qui se répètent, et on apprécie plus vraiment l'histoire.

C'est pourquoi j'attribue à ce livre la note de 12/20. Il avait du potentiel, mais cela a été gâché par des descriptions trop longues, et trop lourdes.

Le flop de Biname La Canaille






Synopsis des éditions Hugo:

Tessa est une jeune fille ambitieuse, volontaire, réservée. Elle contrôle sa vie. Son petit ami Noah est le gendre idéal. Celui que sa mère adore, celui qui ne fera pas de vagues. Son avenir est tout tracé : de belles études, un bon job à la clé, un mariage heureux… Mais ça, c’était avant qu’il ne ne la bouscule dans le dortoir. Lui, c’est Hardin, bad boy, sexy, tatoué, piercé, avec un  » p… d’accent anglais !  » Il est grossier, provocateur et cruel, bref, il est le type le plus détestable que Tessa ait jamais croisé.

Et pourtant, le jour où elle se retrouve seule avec lui, elle perd tout contrôle…
Cet homme ingérable, au caractère sombre, la repousse sans cesse, mais il fait naître en elle une passion sans limites. Une passion qui, contre toute attente, semble réciproque… Initiation, sexe, jalousie, mensonges, entre Tessa et Hardin est-ce une histoire destructrice ou un amour absolu ? L’écriture rythmée d’Anna Todd rendra accros tous ses lecteurs.

Mon avis

J'avoue que j'enchaîne les flops pour le moment mais il faut dire que je le cherche aussi. Franchement il ne faut pas s'attendre à des choses révolutionnaires quand on lit de la romance...Mais je sais aussi que j'ai envie de lire une littérature facile pour le moment. Il n'empêche facile ne doit pas rimer avec "personnages qu'on a envie de claquer au mur tellement ils sont GRRRR".

After est un new adult des plus classiques. La jeune fille vierge qui rentre à l'unnif et qui va tomber amoureuse du bad boy de service super sexy avec qui elle va vivre une histoire passionnée avec sûrement un ou deux bas et pas mal de sexe. C'est l'idée personnelle que je me fais de ce roman avant de le commencer et OUI, j'ai envie de lire ce genre d'histoire à ce moment là. 
Je suis tout d'abord étonnée par la grosseur de ce premier tome (594 pages). Quand on sait le genre de contenu de ce roman, j'avoue ne pas comprendre ce que l'auteur va pouvoir nous raconter...surtout que cette histoire se prolonge sur 5 saisons. Bon, allais je me lance...

Les premiers chapitres se lisent avec plaisir. Aucune surprise comme je le pressentais. Les événements se déroulent comme ils doivent se dérouler. Ils se mettent ensemble mais au bout de quelques heures ils se quittent, puis se remettent ensemble...Un jour ou deux après, il se quittent et puis se remettent ensemble et puis ils se quittent et le chapitre suivant se remettent ensemble. Puis se re-quittent, et quelques lignes plus loin se remettent ensemble... 
Bien sûr les réconciliations sont ponctués de moments chauds mais qu'importe pendant plus de 90% du roman ces deux Coco se quittent toutes les 4 pages (je vous jure que c'est vrai) pour se remettent ensemble après. C'est totalement éprouvant. Tous les deux sont chiants. Ils me rendent dingues. C'est toujours les mêmes promesses, les mêmes pardons mais enfin que se passe-t-il dans la tête de l'auteur. C'est ça une relation pour elle? Il est totalement impossible de s'attacher à l'un ou l'autre personnage. Déjà, dans ce premier tome, seule Tessa prend la parole. Il faut reconnaître que les pensées d'une jeunotte de 18 ans, vierge de surcroît sont complètement gnangnan à souhait. Bien sûr elle me rend totalement dingue à toujours pardonner à Hardin le moindre faux pas alors qu'il est le plus gros connard au monde.

Je sors de ce premier tome épuisée, énervée...Ayant emprunter les trois premiers tomes à la bibliothèque et étant complètement timbrée j'attaque le second tome, 707 pages. Je remarque en le feuilletant que Hardin prend la parole. J'ai un sursaut d'espoir!

Je craque au bout de 200 pages. Il ne savent donc pas faire autre chose que de se quitter et se rabibocher toutes les trois pages!? Je n'en peux plus. Je décide de sauter plus de 300 pages et là je lis qu'à nouveau ils se quittent. MAIS ENFIN! Je décide de lire le reste en diagonale sans aucun regret et sans rien perdre de la substance et la profondeur de cette histoire (hum hum).

Je pousse le vice en commençant le tome 3...Je compte le lire sauvagement en diagonale car bien sûr à nouveau le schéma se répète encore et encore avec les mêmes excuses, les mêmes promesses et ainsi de suite.

Une catastrophe nucléaire. Il rentre donc dans les pires romans que j'ai pu lire au près de la Saga Twilight et le première des Cinquante nuances de Grey! 

Note: 3/10

2 commentaires:

  1. Domamge pour Fog, il me tente bien

    RépondreSupprimer
  2. Ben j'avoue que je l'avais sur ma Wish, sa critique me donne moins envie sur le coup

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...